ENDEAVOUR

In his project Endeavour Clément Verger isolates a specific example of the larger phenomenon representative of the Anthropocene Epoch, that is the transportation and implantation of species across the world. The Eucalyptus tree and its introduction in Europe becomes a case study, a tool to analyse the complex patterns in man’s influence on its environment.

In 1768 James Cook took captainship of the Endeavour, a British Royal Navy research vessel setting sails on his first great voyage. The three-year journey was commissioned by the Royal Navy and the Royal Society to observe the transit of Venus across the Sun, as a way to solve the Longitude problem and with the hidden agenda to seek an unknown southern continent Terra Australis.
It was the secondary mission of the expedition that held Joseph Banks’ interest; Banks’ was the son of a wealthy Lincolnshire landowner, a botanist and naturalist driven by a thirst for knowledge and fame. Joseph Banks, at the age of 25, supplied an estimated £10,000 (over one million pounds today) of his own money to equip the expedition that would lead him to introduce the first specimens of Eucalyptus in Europe.
By the 19th century there was almost no native woodland left in Portugal and, in 1866, some 35,000 eucalyptus were planted around Coimbra in an effort to control devastating erosion. Furthermore it was thought that the trees would help to drain swamplands and reduce the incidence of malaria. Almost a century later, Scandinavian timber companies began buying up vast parcels of Portuguese land to grow Eucalyptus Globulus, or blue gums, to pulp for paper. Today the exotic blue gum is the most abundant tree in Portugal, covering about 7% of the land. The vast plantations crippled biodiversity, lowered the water table and multiplied numbers of forest fires, among others.
In Spain the first introduction was recorded in the early 1860s, a monk named Rosendo Salvado sent seeds from Australia to his family in Pontevedra.

The Iberian Peninsula is the mirror of the importance of the Eucalyptus at a global scale. It is already clear that the Eucalyptus will be the main tree species of the 21st century forests. The FAO (Food and Agricultural Organization of the united Nations), declares that a total of 600 000 hectares were planted around the world by 1955, and more than 4 millions in 1980. Since that date, the FAO estimates that more than 180 000 hectares a year have been planted.

Endeavour is an on-going project started in 2016 during the Independent AIR residency in Portugal with the support of the Royal Botanic Gardens at Kew, the Jardim Botânico da Universidade de Coimbra, and The city of Aarhus European Capital of Culture 2017, the CNAP and the Cité Internationale des Arts as well as the Casa de Velazquez.
Clément Verger research-based project showcases photographs printed on Eucalyptus paper and are framed by the artist using Eucalyptus and oak wood.

ENDEAVOUR

Dans son projet Endeavour, Verger utilise l’exemple de l’introduction de l’Eucalyptus en Europe pour confronter le large phénomène du transport et de l’implantation d’espèces dans le monde. Son projet devient un outil d’analyse des complexes ramifications de l’influence de l’homme sur son environnent.
La résidence de la Casa Velasquez permettra d’étendre les recherches à l’Espagne et ainsi couvrir la péninsule ibérique dans son entier. Celle si étant la porte d’entrée de l’Eucalyptus et de l’introduction de multiples espèces en Europe de parts sa position géographique et l’importance de son histoire Maritime.

En 1768 James Cook pris commande du voilier Endeavour, un bateau de recherche affrété par la Royal Navy pour un voyage qui durera trois années. Le bateau avait comme mission première d’observer le passage de Venus devant le soleil, afin d’aider à résoudre le problème du calcul de la longitude. Cependant après cette mission effectuée, Cook exécuta l’ordre secret d’une seconde mission : explorer les mers Australe dans le but de découvrir un contiennent inconnu, l’Australie.
Cette seconde partie de l’expédition captura l’intérêt de Joseph Banks ; Banks était un botaniste et naturaliste, fils d’un grand propriétaire terrien du Lincolnshire. Banks, à l’âge de 25 ans investie l’équivalent de prêt d’un million de pounds afin d’équiper l’expédition qui le mènera à la collecte des premiers spécimens d’Eucalyptus.

La première introduction enregistrée d’Eucalyptus en Europe fut entre 1860 et 1863 à Pontevedra, où un Moine du nom de Rosendo Salvado envoya des graines depuis l’Australie à sa famille en Espagne.
Au Portugal au cours du 19ème siècle Presque aucunes forets natives n’avaient survécu, et en 1886 quelques 35000 Eucalyptus furent planté dans la région de Coimbra avec l’ambition de Controller une érosion dévastatrice. Il était aussi supposé que la plantation d’eucalyptus dans les zones marécageuses du pays y draineraient l’eau stagnante et réduirait de ce fait la propagation de la malaria.
Aujourd’hui l’Eucalyptus Globulus et l’arbre le plus abondant au Portugal et recouvre autour de 7% de son territoire. L’implantation de l’Eucalyptus c’est étendu progressivement à l’Espagne ou l’industrie de la pate à papier se développe fortement. Ces immenses plantations de monoculture paralysent la biodiversité, épuisent les réserves d’eau et multiplient les feux de foret.

La péninsule Ibérique est le miroir de l’importance de l’eucalyptus à l’échelle internationale. Il est déjà clair que l’eucalyptus sera le premier choix des forets du 21eme siècle. L’organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture déclare qu’il y avait un total de 600 000 hectares d’eucalyptus plantés dans le monde en 1955, et plus de 4 millions en 1980. Depuis cette date les plantations on augmentées de plus de 180 000 hectares par an, d’après une estimation de la FAO.

Endeavour reçoit le soutien de The Independent AIR, la résidence de la Cité Internationale des Arts de Paris, les Royal Botanic Gardens à Kew, le Jardim Botânico de Universidade de Coimbra, ainsi que le support de la ville d’Aarhus Capitale Européenne de la culture 2017., ainsi quue la Casa de Velazquez.
Ce projet centré autour de la recherche utilise des cadres réalisés par l’artiste en bois d’Eucalyptus et de Chêne ; les impressions sont réalisées sur du papier d’Eucalyptus issue de l’industrie de la presse.¬¬